Pratique professionnelle

Enseignement et formation en pharmacie


Les pharmaciens dans l’UE sont l’une des [six] professions qui se voient accorder une reconnaissance automatique des qualifications dans le cadre de la Directive. La Directive est actuellement en cours de révision.

Aucun autre professionnel de la santé n’a autant consacré sa formation aux médicaments. Les citoyens de tous les États membres de l’UE peuvent dès lors être confiants quant au fait que, avant qu’un pharmacien ne soit autorisé à pratiquer dans leur pays, les études nécessaires ont été accomplies avec succès et que leur pharmacien d’officine est un véritable expert en médicaments.

Dans l'intérêt du public, tous les pharmaciens pratiquent selon des codes de déontologie et des normes professionnelles stricts , et s'engagent personnellement à maintenir leurs compétences professionnelles tout au long de leur vie professionnelle, par le biais d'un développement professionnel continu. Les citoyens de l'UE peuvent être assurés que les contrôles réglementaires professionnels dans tous les États membres sont conçus pour garantir leur protection, en veillant à ce que tous les pharmaciens autorisés à exercer et à maintenir la qualité requise des services professionnels qu'ils fournissent.

Le GPUE s'est félicité de la dernière révision de la directive sur la reconnaissance des qualifications professionnelles [directive 2013/55 / UE]. Le GPUE est particulièrement satisfait de la révision de l’article réglementant les activités des pharmaciens [art. 45§ 2]. La disposition actuelle reflète correctement les pratiques de pharmacie harmonisées dans l'Union.

L'introduction de la carte professionnelle européenne (EPC) constitue un autre développement significatif de la directive révisée. Il ne s’agit pas d’une carte plastique en tant que telle, mais d’un certificat électronique disponible à partir du 18 janvier 2016 pour cinq professions, à savoir infirmière de soins généraux, physiothérapeute, pharmacien, agent immobilier et guide de montagne. La CBE ne remplace pas les procédures de reconnaissance "traditionnelles" de la directive sur les qualifications professionnelles, mais elle offre une option avantageuse aux professionnels qui souhaitent travailler de manière temporaire ou permanente dans un autre pays de l'UE.

Le GPUE comprend que la Commission étudie actuellement la mise à jour d'autres sections de la directive ayant un impact sur la profession de pharmacien. Par conséquent, le GPUE , en  étroite collaboration avec l’Association européenne des facultés de pharmacie (EAFP), l’Association européenne des étudiants en pharmacie (EPSA) et le Groupe européen des pharmaciens industriels formulent des propositions sur ces dispositions (veuillez vous reporter à la section des téléchargements pour une déclaration détaillée).

Ils suggèrent notamment quelques modifications sur:
• Annexe 5.6.1 décrivant la liste des cours de formation pour les pharmaciens
• Article 44. 3 décrivant les connaissances et les compétences à acquérir lors de la formation des pharmaciens.

Ces dispositions n'ont pas changé depuis 1985. Les acteurs de la pharmacie suggèrent de renforcer l'esprit de modernisation qui a inspiré la dernière révision de la directive. En outre, ils apporteront une cohérence au texte à la suite de la dernière modification apportée à la disposition relative aux activités des pharmaciens, ainsi qu’au progrès scientifique et à l’innovation pratique.

 

Développement professionnel continu (CPD)

L’importance du développement professionnel continu (CPD) pour les professions de la santé est largement reconnue. Le CPD veille à ce que la pratique professionnelle soit à jour, contribue à améliorer les résultats pour les patients, et accroît la confiance du public dans les professions.
Le GPUE, en collaboration avec d'autres professions de la santé représentant des organisations, a entrepris une étude financée par l'UE pour cartographier et décrire les programmes de développement professionnel continu (CPD) pour les professions de la santé dans les États membres.

Pour plus d'informations et téléchargements:
La nouvelle carte professionnelle européenne aide les professionnels à travailler dans toute l'UE
•  Vidéo
Comment postuler depuis le site web Votre Europe
• Rapport final d'étude du CPD
• Déclaration du GPUE / EAFP / EPSA / EIPG sur la formation en pharmacie


L’effectif en pharmacie


Les pharmaciens représentent le troisième groupe mondial de professionnels de la santé après les infirmières et les médecins. Jusqu'à tout récemment, il manquait des données et des recherches nominées en matière de pharmacie, ce qui a conduit à une certaine surveillance de la pharmacie dans la planification des personnels de santé.

La pénurie de professionnels de la santé est de gravité variable selon les professions de la santé et le pays d'origine. Cependant, en raison du chevauchement croissant des rôles professionnels et des systèmes de santé modernes qui obligent les professionnels de la santé à travailler en équipe, ce que l'on appelle "combinaison de compétences", lors de la création de modèles de prévision de l'effectif et de l'élaboration de plans d'effectifs, les autorités nationales et les scientifiques doivent prendre en compte tous les professionnels de la santé.

La pénurie de main-d'œuvre en pharmacie et son impact sur les services de pharmacie dépendent en grande partie du rôle des pharmaciens dans le pays concerné. Dans de nombreux pays européens, les pharmaciens développent des rôles plus centrés sur le patient et le nombre de services de soins primaires disponibles dans les pharmacies communautaires est en augmentation. En outre, des problèmes tels que l’augmentation du volume des ordonnances; le vieillissement général de la population européenne; la hausse de la polypharmacie; les innovations dans la gestion des maladies chroniques; l’avancement de la technologie et de la médecine personnalisée; les exigences administratives accrues pour le traitement des paiements à des tiers; la féminisation croissante de la main-d'œuvre en pharmacie, lorsque les femmes sont plus susceptibles de travailler à temps plein ou de faire une pause dans leur carrière; et le climat économique mondial soulignent tous le besoin croissant d'assurer un effectif adéquat en pharmacie.

La majeure partie des budgets de la santé est allouée au remboursement des médicaments; par conséquent, ces ressources risquent d'être gaspillées et mal utilisées si elles ne sont pas gérées par des professionnels de la santé correctement formés et motivés.

 

Action commune de l'UE sur la planification des personnels de santé
Selon une estimation, l'Europe s'attend à une pénurie de 1 000 000 agents de santé d'ici 2020 (dont 190 000 pharmaciens et physiothérapeutes). La planification du personnel de santé est cruciale, car les pays qui sont autosuffisants aujourd’hui pourraient être confrontés à des problèmes liés à la mobilité de leur personnel. Il existe une grande variété de méthodes de planification du personnel de santé dans les États membres. Le partage et l'échange de pratiques offrent un potentiel considérable pour soutenir les capacités des États membres et répondre aux défis de demain. L'action commune de l'UE sur la planification des personnels de santé est une collaboration entre les États membres, la Commission européenne et des parties prenantes représentant principalement différents groupes de professionnels de la santé. L’objectif général de cette action est de créer une plate-forme de collaboration et d’échange entre les États membres afin de préparer l’avenir du personnel de santé.

Le GPUE a participé à une téléconférence du WP6 sur la rédaction de «Directives pour les utilisateurs sur l’utilisation de méthodologies qualitatives pour estimer les futurs besoins en personnels de santé», qui en est actuellement à sa deuxième version, dont la version finale devrait être publiée en juin 2014.
L'un des membres de l'équipe de numérisation Horizon du Royaume-Uni a demandé au GPUE d'être interrogé pour un rapport sur les compétences futures requises par le personnel de santé au cours des 20 prochaines années. Les entretiens seront menés avec des experts de divers horizons professionnels afin de mieux comprendre les forces motrices susceptibles d’affecter les aptitudes et les compétences à l’avenir.

Du 7 au 9 mai 2014, le GPUE a participé à la réunion de l'Action commune sur le personnel de santé et la planification dans le secteur de la santé à Florence, au cours de laquelle les plans du WP5 (étude pilote) pour le Portugal et l'Italie ont été examinés. Un comité de pilotage (auquel appartient le GPUE) s'est également tenu à Florence, où les parties prenantes ont été encouragées à contribuer au développement de l'étude pilote.

En outre, les parties prenantes ont été sollicitées pour évaluer la pertinence des "matrices" récemment élaborées pour la Belgique, le Danemark, l’Angleterre, la Finlande, les Pays-Bas et l’Espagne, en vue de la conception d’un manuel destiné à faciliter les études pilotes et la planification future des effectifs. Ces matrices sont les directives spécifiques aux pays élaborées par les experts nationaux en développement et planification de la main-d'œuvre. Ces documents devraient permettre de produire un manuel à utiliser à la fois dans les prochaines études pilotes en Italie et au Portugal, et à utiliser par d’autres États membres.

 

Proportionnalité de la réglementation professionnelle
L'objectif principal de la réglementation des professionnels de la santé est d'assurer la meilleure qualité possible des soins de santé et de protéger les patients et la santé publique en général. Les systèmes de santé européens sont régulièrement classés parmi les plus performants au monde et sont reconnus pour la fourniture de services de soins de haute qualité accessibles aux citoyens.

L'article 168 du traité sur le fonctionnement de l'UE établit la nécessité d'assurer un niveau élevé de protection de la santé humaine dans la définition et la mise en œuvre de toutes les politiques et actions de l'Union. En outre, cette disposition stipule que l’organisation et la fourniture de services de santé aux citoyens relèvent de la responsabilité des États Membres. En général, et sauf définition explicite contraire, l'action de l'Union est donc limitée à une fonction de coordination et de complément dans laquelle une valeur ajoutée peut être obtenue.

Les systèmes de santé européens ainsi que l'accès aux professions de la santé et leur exercice sont fortement réglementés au niveau national. Ces dispositions se caractérisent par un nombre élevé d'obligations et de restrictions imposées aux professionnels de la santé. L'objectif principal de ces dispositions est d'assurer la meilleure qualité possible des soins de santé et de protéger les patients et la santé publique en général.

Par exemple, dans la profession de pharmacien, l'ouverture de pharmacies est soumise à des exigences en matière d'autorisation et / ou d'enregistrement dans tous les États membres. En outre, tous les pays de l’UE ont réservé certaines activités aux pharmaciens (telles que fournir des conseils sur l’utilisation de médicaments, la préparation de médicaments, la préparation, etc.). De nombreux pays lient l'établissement de nouvelles pharmacies au nombre d'habitants dans une zone donnée ou aux caractéristiques géographiques ou démographiques du territoire dans le but de garantir un accès suffisant aux médicaments. Les pharmaciens sont soumis à des exigences de développement professionnel continu, ainsi qu’à une éthique professionnelle et à une supervision. L’application de ces critères s’est révélée essentielle dans l’organisation des systèmes de santé nationaux et garantit des services de pharmacie de haute qualité, sûrs et accessibles sur l’ensemble du territoire national.

En outre, la maîtrise des coûts des dépenses de santé publique (soit par le budget de l’État, soit par l’assurance maladie obligatoire) est un objectif important de la réglementation nationale dans le secteur de la santé. Ces circonstances économiques spécifiques du secteur de la santé constituent une distinction remarquable par rapport aux autres secteurs économiques et appellent une approche différente.

Nous pensons que les États membres devraient rester pleinement responsables de la définition des conditions d'accès aux professions de la santé, telles que les pharmaciens, et de leur exercice, ainsi que du choix de la méthode la plus appropriée pour évaluer la proportionnalité et la nécessité de telles exigences. Lors de la mise en œuvre d'une nouvelle réglementation pour les professions de la santé, les États membres sont les mieux placés pour examiner les problèmes spécifiques à chaque pays et prendre en compte l'intérêt de la sécurité des patients et de la qualité des soins de santé. En outre, étant donné que la santé et la vie des êtres humains sont au premier rang des actifs et des intérêts protégés par le TFUE, le GPUE tient à souligner que les objectifs des systèmes de santé et la réglementation des professions de la santé (à savoir, garantir l'accessibilité et la qualité) doivent toujours être prioritaires.

Téléchargements
170331E Proportionality test - Joint statement (PGEU,CED CPME) CED_PGEU_CPME_joint_PR_January_2017 171204E 08PR PGEU welcomes IMCO recognising special nature of health professions